Etat des lieux du pétrole au Congo

Etat des lieux du pétrole au Congo

Connu pour ses revenus pétroliers à forte croissance, le Congo continue à s'imposer un plus grand défi pour garantir son développement. Pour 2018, le pays veut devenir en effet le 3e producteur de pétrole en Afrique. D'ores et déjà, il espère porter sa production journalière de pétrole à 350 000 barils par jour. Que faut-il alors savoir à propos de la production d'or noir au Congo et quel est l'avenir des investisseurs qui s'y lancent dans ce secteur ?

Production de pétrole au Congo

Le pétrole au Congo reste un sujet d'actualité malgré la controverse qui l'entoure. Certains critiquent en effet la mauvaise gestion des revenus issus de l'or noir du pays. Même si le Congo occupe une bonne place parmi les pays producteurs de pétrole en Afrique, cela ne semble effectivement affecter qu'en peu son développement.

D'autres voient cependant via les efforts engagés par le pays pour promouvoir le secteur pétrolier comme un grand pas vers un avenir meilleur. La volonté du gouvernement d'assainir le secteur en créant un nouveau code pétrolier témoigne, par exemple, d'une soif de transparence dans la gestion de la richesse nationale. Il y a également son désir d'optimiser le rendement de la seule raffinerie dont dispose le pays. Celle-ci affiche actuellement une capacité de production de 800 tonnes par jour et éprouve de la difficulté à satisfaire la moitié des besoins locaux.

Réalité sur l'exploitation pétrolière au Congo

A l'exemple de nombreux pays africains, le Congo s'ouvre depuis longtemps aux investisseurs qui pourront donner un coup de fouet au secteur pétrolier. Pour rappel, le pays occupe maintenant la 6e place, précédant la Guinée Equatoriale et le Soudan, dans la production de l'or noir en Afrique. La tête du classement reste toujours occupée par le Nigéria. Conscient de sa potentialité, le Congo veut améliorer sa production pétrolière pour se démarquer sur le continent africain.

Dans ce cadre, le pays privilégie surtout la collaboration avec des acteurs de l'industrie pétrolière. Les autorités congolaises ont déjà annoncé une augmentation progressive de la production pétrolière à partir de la fin du 1er semestre 2017. Il y a aussi le projet Moho lancé récemment en mer profonde à environ 75 kilomètres au large de Pointe-Noire en République du Congo. Le pays compte sur ce projet pour augmenter sa production puisque Moho afficherait une capacité de 100.000 barils par jour.

Evolution de la situation actuelle

Sujet délicat, le pétrole au Congo fait couler beaucoup d'encre ces derniers temps. Bien que l'or noir constitue une richesse permettant d'assurer le développement du pays, la gestion des revenus pétroliers suscite parfois des controverses.

Mais au niveau des investisseurs, les choses se passent autrement puisque le Congo continue d'intéresser plusieurs acteurs œuvrant dans le secteur pétrolier. Philia Energy, une branche composant le groupe génévois Philia, figure parmi les entités qui ont récemment décidé de s'intéresser de près au pétrole du Congo.

Pour rappel, l'opérateur Philia se spécialise dans le négoce de pétrole brut, diesel, fioul, jet, GPL et essence. Son activité s'étend en Europe, aux USA, en Amérique du Sud et en Afrique, d'où sa présence en République de Congo.

Nos Sujets